fbpx

Les idées reçues du Flux instinctif libre, une théorie fumeuse ?

idées reçue flux libre instinctif

Partagez cet article

Quelles sont les idées reçues et les idées négatives sur le Flux Libre Instinctif ?

Une nouvelle lubie ? Une nouvelle mode pour les femmes perchées ? Voici les idées reçues que j’entends très fréquemment dans les médias. Certains spécialistes de la femme, gynécologues, des sages-femmes prennent la responsabilité de parler du Flux Libre Instrinctif sans connaître la méthode.

Voici ci-dessous les idées reçues classiques que l’on entend sur le flux libre instinctif : 

Idée reçue N°1 : Je dois contracter mon périnée toute la journée pour retenir le sang

Parmi les idées reçues que j’ai noté, celle-ci est FAUSSE. Les professionnels qui parlent de cette méthode en indiquant qu’il s’agit d’un effort permanent du périnée, n’ont malheureusement pas compris de quoi il s’agit réellement. Et c’est bien regrettable, car cela peut porter à confusion et entraîne des pratiques inadaptées. Ainsi, le Flux Libre Instinctif, c’est le fait de se reconnecter à nos sensations et à la contraction de notre utérus pour percevoir à quel moment on doit se rendre aux toilettes et libérer le sang. Cela n’a donc absolument rien à voir avec le fait de contracter le périnée en permanence. Il s’agit de RESSENTI et non de MUSCULAIRE. Cette distinction est très importante car elle justifie la cohérence, l’innocuité et la crédibilité de cette pratique.

Ainsi, si vous essayez de contrôler votre flux en serrant le périnée toute la journée, je vous conseille d’arrêter tout de suite car ce muscle n’est pas fait pour ça. Le seul but du flux instinctif, c’est de gagner en confort, d’être bien dans son corps, en harmonie avec ses règles et surtout à l’écoute de ses ressentis.

Idée reçue N°2 : Je dois retenir le sang en moi

FAUX. Encore une affirmation d’idées reçues que j’ai entendu. Avec le Flux instinctif libre on n’apprend pas à retenir le sang en soi mais on apprend à le libérer au bon moment.

Par ailleurs, les médecins indiquent qu’il est déconseillé de garder du sang en nous. C’est cependant ce que l’on fait avec les cups et les tampons. C’est d’ailleurs la première cause de choc toxique menstruel. Le sang menstruel ne demande qu’une chose lorsqu’on a nos règles, c’est d’être évacué. Le manque d’éducation menstruel à ce sujet entraîne des confusions sur non seulement les réelles possibilités de notre corps pendant les règles mais aussi les bonnes pratiques concernant le port de cups ou de tampons, pouvant nous mettre réellement en danger.

Idée reçue N°3 : Le sang coule en continu

FAUX, le sang coule par phase, selon les cycles de contraction et de repos de l’utérus.

C’est là qu’intervient la méthode du Flux Libre Instinctif et pour comprendre le fonctionnement, je vous invite à découvrir le premier podcast sur la méthode du Flux Libre Instinctif. Quand vous avez une contraction de votre utérus, il vous indique qu’une partie de votre endomètre est en train de se libérer, vous avez entre trente minutes ou plus d’une heure, en fonction de la position dans laquelle vous êtes, pour vous rendre aux toilettes et libérer le sang. Lorsque l’utérus se contracte, le sang n’arrive pas en trente secondes, comme un guerrier en fonçant tête baissée et traversant votre vagin. Non, il va passer dans les fornix et les culs-de-sac vaginaux. Ce sont comme des petites poches à l’entrée de votre col qui viennent recueillir le sang comme un contenant. Il va ensuite traverser votre vagin par lui-même, mais ce vagin étant comme deux parois accolées l’une contre l’autre, il va ralentir la trajectoire du sang. Il y a donc un certain nombre de facteurs qui viennent ralentir la descente et le trajet du sang. Comme on a jamais été sensibilisées à ces sensations nous, on sent le sang s’écouler toujours bien trop tard. Pour tout comprendre sur la méthode, je vous invite à écouter le premier podcast ou alors à vous renseigner dans le livre Le Guide du flux libre instinctif, aux éditions Jouvence.

Idée reçue N°4 : La méthode est réservée à des femmes ayant un périnée super musclé

J’ai accompagné plus de 800 femmes dans mon premier atelier avec des témoignages incroyables et où j’ai pu noter ces idées reçues. Des femmes ayant déjà eu des enfants ou ne connaissant rien au périnée. Développer nos sensations, nos sens et notre capacité à maîtriser notre flux est accessible à toutes. Effectivement, si vous avez déjà des gros troubles de l’incontinence urinaire, la priorité c’est de consulter un spécialiste, une sage-femme ou kiné, avant de pratiquer le Flux Libre Instinctif. Mais si vous n’avez aucune problématique, vous obtiendrez des résultats grâce à cette méthode.

Idée reçue N°5 : Je peux pratiquer le Flux Libre Instinctif seulement si je travaille à la maison

Pour répondre à ce dernier point, je vais vous parler de mon expérience personnelle. Quand j’ai démarré le flux instinctif, je travaillais en tant que kinésithérapeute dans un centre de rééducation. J’avais beaucoup de patients le matin et donc je passais ma journée debout à courir d’une chambre à l’autre, du plateau technique à la salle de soins. Quand j’avais mes règles et que je sentais une contraction alors que j’étais en plein soin avec un patient, je voyais plusieurs possibilités s’offrir à moi. Soit j’avais de toute manière une culotte menstruelle et je lâchais prise, soit juste après ma consultation, je me rendais aux toilettes pour libérer mon flux. Dans mon cas, je parvenais toujours à m’octroyer 2 minutes pour fluer.

Dans certains métiers, on a le sentiment de ne jamais avoir le temps d’aller aux toilettes. Le problème, ce sont les conditions de travail qui ne permettent pas de respecter vos propres besoins physiologiques. Dans ce cas-là, on ne peut pas demander aux corps des efforts surhumains afin de retenir ce sang en nous pendant quatre heures. La culotte menstruelle est là pour vous rassurer si vous ne pouvez pas aller aux toilettes.

Le Flux Libre Instinctif n’est pas là pour vous mettre la pression afin d’avoir zéro tâche. C’est avant tout une méthode où très rapidement vous pouvez libérer 80% du sang aux toilettes et gagner en confort menstruel. Comme l’utérus ne porte pas de sphincter, en comparaison à la vessie et l’urètre, on ne peut pas lui demander de retenir le sang. C’est donc l’information qui va nous permettre de l’évacuer. Le Flux Instinctif Libre c’est l’invitation à s’écouter et la bienveillance envers soi-même. 

Pour terminer, le Flux Libre Instinctif, tout comme d’autres thématiques du féminin telles que la symptothermie sont des méthodes encore inconnues par une partie des professionnels de la santé. Je vous invite donc à vérifier les sources et à vous faire vos propres avis sur ces nouvelles expériences.

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez nos conseils et nos articles par email gratuitement.

Articles similaires