fbpx

Flux libre instinctif : comment ça marche ? Vision d’experte

flux libre instinctif : comment ça marche ?

Partagez cet article

(Retranscription adaptée du podcast)

Qu’est-ce que le flux libre instinctif ?

Le flux libre instinctif, c’est une manière de gérer ses règles naturellement, sans serviettes ni tampons, pour apprendre à libérer le sang de manière consciente et volontaire directement aux toilettes. Cela passe principalement par la reconnexion à nos sensations pendant les phases d’écoulement du sang menstruel.

Grâce à ces sensations, on va reconnaître et identifier le bon moment pour aller libérer ce sang aux toilettes. Un peu comme la continence urinaire où nous sommes capables d’identifier les différentes phases de remplissage de la vessie.

En plus de cette reconnexion aux sensations, le flux libre instinctif passe également par la mise en place de nouvelles habitudes, des nouveaux réflexes, des nouveaux automatismes qui sont liés à la compréhension de « comment fonctionnent nos menstruations ».

Le flux libre instinctif touche plusieurs dimensions :
Les menstruations, la femme de manière générale, l’empowerment, la confiance en soi, le corps…
C’est une pratique qui vient nous reconnecter à différentes facettes de nous-mêmes.

Ce que l’on entend généralement sur le Flux Libre instinctif et nos idées reçues :

Souvent, quand on parle de flux libre instinctif, il y a un certain nombre de préjugés et d’idées reçues fausses comme :

  • On doit retenir le sang par la force du périnée
  • Le sang est retenu en nous
  • Ou encore, il faut un super périnée pour pratiquer


Ces idées reçues découlent d’une mauvaise compréhension de la pratique qui ne s’appuie pas du tout sur la contraction du périnée. Du moins, ce n’est ni mon expérience, ni celle des femmes des 800 femmes que j’ai accompagnée depuis plusieurs années.

Au contraire, il s’agit plutôt d’apprendre à libérer le sang au bon moment. Ce raisonnement peut paraître impossible quand on a passé toute notre vie à se laisser surprendre par nos règles. Et c’est normal, notre manque d’éducation menstruelle profond nous a laissés imaginer que les menstruations arrivent de manières intempestives, coulent en continu, et débordent. Ainsi on les sent arriver bien trop tard et on se laisse surprendre au dernier moment, quand le sang se trouve déjà à la vulve. À ce stade-là, c’est clairement trop tard pour envisager de maîtriser notre flux, il nous faudrait nous rendre aux toilettes à toute vitesse, ce qui en réalité n’est pas possible.
Mais dans la réalité, quand le sang est descendu jusqu’à la vulve, cela fait largement une demi-heure, une heure, peut être même plus que votre corps, vous envoyez un certain nombre de signaux et de symptômes vous indiquant que du sang est en train de vous traverser et de s’écouler depuis votre utérus.

Et si vous aviez perçu ces informations, ces symptômes, vous auriez pu anticiper, vous rendre aux toilettes et avec la bonne posture, libérer ce sang très naturellement, sans effort, ni difficulté ou souffrance.

Notre corps a une intelligence interne et c’est dommage de ne pas l’utiliser pour vivre beaucoup plus facilement nos menstruations et avec beaucoup plus de confort.

Quelques points à comprendre sur les règles pour comprendre le FLI :

  • le sang ne s’écoule pas en continu comme un robinet ouvert, mais par phase.

L’utérus se contracte, libère une partie de notre endomètre, puis arrive une phase de repos avant la prochaine contraction.

Phases d'écoulement des règles dans l'utérus
Phase d’écoulement du sang pendant les règles. Copyright Mélissa Carlier 2022
  • L’endomètre se détache donc par phase de manière progressive et sur plusieurs jours.
  • Le sang ne descend pas d’une traite à la vulve : Il chemine selon un parcours sinueux et étroit.


Le sang traverse le col de l’utérus, puis vient se loger dans les culs-de-sac vaginaux qui sont des petites poches à l’entrée du col de l’utérus tout en haut du vagin (ces poches sont capables d’emmagasiner une certaine quantité de liquide jusqu’à 8ml).
À la suite de cela, le sang va poursuivre sa descente progressivement et lentement sur son parcours, il va rencontrer des obstacles, un peu comme des dos-d’âne qui sont les replis vaginaux ralentissant sa descente. Et puis là, le sang se libère à l’extérieur.

Le saviez-vous ? Entre une contraction utérine et le moment où le sang se déverse à l’extérieur, il peut y avoir entre 25 minutes à 1h30 ! Ça nous laisse largement le temps de nous rendre aux toilettes sans se précipiter, encore faut-il savoir détecter ces fameux signaux du corps.

Ainsi, le FLI c’est apprendre dans un premier temps à identifier les symptômes de notre corps marquant une contraction de l’utérus comme un spasme, une lourdeur en bas du dos, une sensation d’inconfort général… En général ces sensations passent au bout de quelques secondes.

Il peut ensuite y avoir d’autres symptômes liés à l’écoulement du sang.

Si vous vous rendez aux toilettes à la suite de ces sensations, le sang va se déverser aux toilettes et non plus de manière involontaire.

À savoir qu’il y a tout un tas d’autres mécanismes à comprendre mais sachez que si vous avez déjà compris ça, c’est un très bon début.

La deuxième chose qui est propre à la pratique du flux libre instinctif, telle que je l’enseigne, c’est l’acquisition de nouvelles habitudes logiques qui permettent d’anticiper cet écoulement du sang. Nous parlerons de ce point-là dans un autre article.

Ainsi, le flux libre instinctif c’est simplement la bonne connaissance de soi. C’est comprendre comment fonctionne, nos règles, le rythme de nos contractions, les mouvements en soi. Et « jouer » sur ces clés de compréhension pour vivre les menstruations avec plus de confort.

Ma vision du flux libre instinctif :

Le FLI ce n’est pas le zéro tâche du jour au lendemain. C’est l’acquisition progressive, cycle après cycle d’un nouveau schéma, d’un nouveau comportement.

Ce schéma d’apprentissage peut en un certain point ressembler à l’apprentissage de la continence urinaire, mais s’il y a un certain nombre de similitudes, on ne peut pas confondre les deux car anatomiquement ces structures sont différentes et ont donc leur propre limite.

Je propose donc une approche adaptative, non dogmatique, bienveillante, sans pression.

Une approche qui est progressive, qui tend vers une amélioration naturelle, cycle après cycle et qui répond aux besoins de chacune.

Le but ultime : le confort avant tout, la réconciliation avec nos menstruations, l’empowerment et l’autonomie.

Retrouvez tous les épisodes du Podcast sur ma chaîne youtube https://www.youtube.com/channel/UCp37KysBUmSZ80pRjfY5rCA

Mais aussi Deezer et Spotify

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez nos conseils et nos articles par email gratuitement.

Articles similaires