fbpx

L’histoire du Flux Instinctif Libre (Partie 1)

règles dans la culotte

Partagez cet article

Depuis que je réalise mes recherches, plusieurs questions m’obsèdent, d’où vient ce terme si particulier du flux libre instinctif ? Quelles sont les autres femmes qui en parlent ? Et dans le monde que se passe-t-il ? Depuis quand ? Bref pour savoir où l’on va il faut savoir d’où on vient… Alors ici un petit historique après de longues recherches. Je m’aviserai de mettre à jour cet article au fur et à mesure de mes découvertes :

L’ARRIVÉE DES TAMPONS

tampons hygiéniques

La création des premiers tampons marque semble-t-il le début de l’histoire, malgré ce que l’on peut imaginer. Les tout premiers tampons ont été inventés en 1929 puis commercialisé en 1934 par la marque TAMPAX (voir ici l’histoire de Tampax).

LE SCANDALE DES PREMIERS CHOCS TOXIQUES MENSTRUELS

dangers tampons rely

La marque RELY surenchérit en 1975 et met sur le marché des tampons dits ULTRA ABSORBANTS. Dans une société où 70% des femmes utilisaient des tampons durant leurs menstruations. Cette promesse sera à l’origine de drames pour de nombreuses femmes qui connaîtront les premiers syndromes de chocs toxiques menstruels qui leur seront malheureusement mortels. En effet, la composition d’une part entraînait les conditions favorables à la prolifération du staphylocoque doré, associées au port prolongé de ces tampons. 2200 cas ont été relevés (certaines plus de femmes atteintes).

Un comble pour une marque dont le slogan était « Il absorbe même l’inquiétude! » .

LES PREMIÈRES FREE BLEEDERS

Suite à ce terrible scandale, mais aussi dans une intention de déstigmatisation des règles, naissent les premières Free bleeders. Le free bleeding est donc initialement un mouvement féministe dont le but est de laisser couler totalement librement le sang sur soi. Pour ne plus se mettre en danger avec la toxicité de tampons par exemple, mais aussi briser le tabou des règles. Dans ce mouvement, aucune autre protection n’est utilisée. Le free bleeding s’inscrit dans la 3ème vague féministe qui prône l’activisme menstruel.

Petit aparté sur le féminisme :

Pour les féministes de la 2nd vague dont le but de leur manifestation était d’un point de vue plus social une quête de liberté, de ne plus être cantonné au rôle de mère au foyer, pouvoir travailler au même titre que les hommes etc. Les tampons étaient donc vus, tout comme la pilule contraceptive comme une aubaine.

Cela dit l’émergence d’une nouvelle vague de féministe se manifeste : la troisième vague. Celle de l’activisme et de l’éducation menstruelle. Cette nouvelle génération a pu se rendre compte que la volonté légitime des femmes d’émancipation a été utilisée par certains lobbys leur faisant croire que l’émancipation passerait par l’invisibilisation de ce qui la caractérise le plus : le cycle menstruel. Au détriment de leur santé. (Voir les travaux de Chris Bobel)

FAITS IMPORTANTS ET CONSÉQUENCE DU FREE BLEEDING

De ces femmes et ce mouvement plusieurs évènements vont se produire :

  • La diffusion grâce à Internet des premiers articles de blog et vidéo, tel qu’en 2004 celui de Sarah sur All About My Vagina. Ces articles décomplexés contribuent à libérer la parole et le tabou autour dès règles.
  • Les premiers clichés de femmes avec des taches de sang sur leur pantalon font parler d’eux
  • Le plus marquant étant la photo de Kiran Gandhi une marathonienne ayant laissé son sang couler librement sur elle

Kiran Gandhi free bleeding
  • Et puis… Les premiers témoignages de femmes indiquant comment en pratiquant le Free Bleeding… Elles se sont mises à ressentir puis à évacuer leur sang aux toilettes.

Nous voilà enfin aux prémices de ce que nous appelons le Flux libre instinctif.

CONFUSION DES TERMES

Dans le monde, le terme free bleeding est donc à la fois associé au mouvement féministe qui consiste à laisser le sang couler librement sans aucune protection VS celles qui évoquent une maîtrise de leur flux menstruel.

Même si pour maîtriser notre flux il a bien fallu un jour tenter l’expérience de se passer de cups ou de tampons, (que ce soit par hasard ou conviction), finalement ces deux pratiques ont une finalité différente.

NAISSANCE DU TERME FLUX LIBRE INSTINCTIF

C’est en 2012 en France que le terme FLUX LIBRE INSTINCTIF émergea pour la première fois dans un article du Chou brave.

Avant cela, aucune trace de ce terme… Dans cet article l’autrice nous mentionne clairement qu’il s’agit là d’une traduction française venue d’un mouvement américain free instinctiv flow. Malgré des heures de recherches je n’ai rien trouvé à ce sujet, mais je rencontrerai bientôt l’autrice de cet article en personne et peut-être que l’on en saura plus à ce moment-là.

Quoi qu’il en soit, pour l’autrice de cet article, il s’agit bien d’une pratique qui évoque clairement le fait de maîtriser le flux menstruel.

« Sans protection ni assistance, mon corps a pris le relais… Il suffisait d’aller aux toilettes dès que le sentait nécessaire. »

DIFFUSION DE CETTE PRATIQUE À TRAVERS LE MONDE GRÂCE À INTERNET

Si de 2012 à 2015 il ne se passa pas grand-chose de plus. C’est en 2015 que le flux libre instinctif commença à faire parler de lui sur les réseaux et dans la presse :

Si les femmes qui témoignent en parlent de manière apaisée, comme une connexion à leur corps et un soulagement de ne plus se mettre en danger par exemple avec des produits toxiques. Les médias seront dans un premier temps très sceptiques :
Top Santé l’évoque comme étant une « nouvelle idéologie », une « nouvelle lubie »

Le nouvel obs tente de faire mieux dans ses recherches, mais on y trouve quand même des arguments tel que « Le FFI est aussi défendu par des gens chelous« , ou « Les explications ne tiennent pas la route »

D’autres magazines feront un tas de commentaires du même genre, l’avis médiatique est clair : il y a une réticence ET une décrédibilisation de cette pratique…

Seul le magazine Nexus, l’évoque en 2015 comme une alternative intéressante, d’après un article écrit par Sabrina Debusquat.

À ce stade… On en est là : les femmes qui le pratiquent disent que ça a profondément changé leur rapport à leurs menstruations mais les courants médiatiques tendent plus à dévaloriser cette pratique considérée comme étant une lubie…

Concernant l’aspect scientifique, à part des « avis » de gynécologues qui ne semblent pas plus intéressés que cela, rien.

C’EST DANS CE CONTEXTE, EN 2017, QUE JE DÉCOUVRE LE FLUX LIBRE INSTINCTIF

  • Des témoignages de femmes
  • Pas de cours ni d’explications validées ou vérifiées
  • Aucuns professionnels de santé.

J’ai déjà raconté plusieurs fois mon histoire mais disons que j’ai découvert le FLI sur moi-même quand un beau jour je me suis aperçue que je ne tachais plus mes serviettes lavables et que je parvenais à libérer le sang aux toilettes. Chez moi cela s’est produit très naturellement, et sans volonté de ma part, avant même que je découvre le nom que cette pratique portait.

Puis le hasard m’a fait découvrir le témoignage d’une femme qui parlait du flux libre instinctif. Cela a immédiatement fait écho avec ma propre expérience et j’ai donc entrepris des recherches.

À cette époque, j’observais un fossé entre les récits de femmes dans lesquels je me retrouvais facilement et la manière dont certains tentaient d’expliquer scientifiquement la pratique. Cela ne correspondait ni à mon expérience personnelle NI à mes connaissances de kiné spécialisée en rééducation périnéale que j’étais.

C’est dans ce contexte que j’ai démarré mes propres explorations…

Je vous raconterai la suite dans un prochain article : mes contemporaines, les autres femmes dans le monde aujourd’hui, les différentes visions que l’on peut retrouver.

Sources :

L’histoire de Tampax

Great Moments in Menstrual History

Le tampon (Wikipédia)

Magazine Elle

Femme Libre et sans couche

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez nos conseils et nos articles par email gratuitement.

Articles similaires